Le saint du jour

de la férie

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 11,19-33.12,1-9.
Frères, vous supportez si bien les fous, vous qui êtes des hommes sensés !
Vous supportez bien qu'on vous asservisse, qu'on vous dévore, qu'on vous pille, qu'on vous traite avec arrogance, qu'on vous frappe au visage.
Je le dis à ma honte, nous avons été bien faibles ! Cependant, de quoi que ce soit qu'on ose se vanter, — je parle en insensé, moi aussi je l'ose.
Sont-ils Hébreux ? Mois aussi, je le suis. Sont-ils Israélites ? Moi aussi. Sont-ils de la postérité d'Abraham ? Moi aussi.
Sont-ils ministres du Christ ? — Ah ! je vais parler en homme hors de sens : — je le suis plus qu'eux : bien plus qu'eux par les travaux, biens plus par les coups, infiniment plus par les emprisonnements ; souvent j'ai vu de près la mort ;
cinq fois j'ai reçu des Juifs quarante coups de fouet moins un ;
trois fois, j'ai été battu de verges ; une fois j'ai été lapidé ; trois fois j'ai fait naufrage ; j'ai passé un jour et une nuit dans l'abîme.
Et mes voyages sans nombre, les périls sur les fleuves, les périls de la part des brigands, les périls de la part de ceux de ma nation, les périls de la part des Gentils, les périls dans les villes, les périls dans les déserts, les périls sur la mer, les périls de la part des faux frères,
les labeurs et les peines, les nombreuses veilles, la faim, la soif, les jeûnes multipliés, le froid, la nudité !
Et sans parler de tant d'autres choses, rappellerai-je mes soucis de chaque jour, la sollicitude de toutes les Eglises ?
Qui est faible que je ne sois faible aussi ? Qui vient à tomber sans qu'un feu me dévore ?
S'il faut se glorifier, c'est de ma faiblesse que je me glorifierai.
Dieu, qui est le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, et qui est béni éternellement, sait que je ne mens point.
A Damas, l'ethnarque du roi Arétas faisait garder la ville pour se saisir de moi ;
mais on me descendit par une fenêtre, dans une corbeille, le long de la muraille, et j'échappai ainsi de ses mains.
Faut-il se glorifier ? Cela n'est pas utile ; j'en viendrai néanmoins à des visions et à des révélations du Seigneur.
Je connais un homme dans le Christ qui, il y a quatorze ans, fut ravi jusqu'au troisième ciel (si ce fut dans son corps, je ne sais ; si ce fut hors de son corps, je ne sais : Dieu le sait).
Et je sais que cet homme, si ce fut dans son corps ou sans son corps, je ne sais, Dieu le sait,
fut enlevé dans le paradis, et qu'il a entendu des paroles ineffables qu'il n'est pas permis à un homme de révéler.
C'est pour cet homme-là que je me glorifierai ; mais pour ce qui est de ma personne, je ne me ferai gloire que de mes faiblesses.
Certes, si je voulais me glorifier, je ne serais pas un insensé, car je dirais la vérité ; mais je m'en abstiens afin que personne ne se fasse de moi une idée supérieure à ce qu'il voit en moi ou à ce qu'il entend de moi.
Et de crainte que l'excellence de ces révélations ne vînt à m'enfler d'orgueil, il m'a été mis une écharde dans ma chair, un ange de Satan pour me souffleter, afin que je m'enorgueillisse point.
A son sujet, trois fois j'ai prié le Seigneur de l'écarter de moi,
et il m'a dit : " Ma grâce te suffit, car c'est dans la faiblesse que ma puissance se montre tout entière. " Je préfère donc bien volontiers me glorifier de mes faiblesses, afin que la puissance du Christ habite en moi.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 8,4-15.
En ce temps-là, comme une foule nombreuse se rassemblait, et que de toutes les villes on venait à Jésus, il dit en parabole :
" Le semeur sortit pour semer sa semence ; et, pendant qu'il semait, du grain tomba le long du chemin ; il fut foulé aux pieds, et les oiseaux du ciel le mangèrent.
D'autre tomba sur de la pierre, et, après avoir poussé, se dessécha, parce qu'il n'avait pas d'humidité.
D'autre tomba dans les épines, et les épines poussant avec, l'étouffèrent.
D'autre tomba dans la bonne terre, et, après avoir poussé, donna du fruit au centuple. " Parlant ainsi, il clamait : " Qui a des oreilles pour entendre, entende ! "
Ses disciples lui demandèrent ce que signifiait cette parabole :
" A vous, leur dit-il, il a été donné de connaître les mystères du royaume de Dieu ; mais pour les autres, c'est en paraboles, pour que regardant ils ne voient point, et qu'écoutant ils ne comprennent point.
Voici ce que signifie la parabole : La semence, c'est la parole de Dieu.
Ceux qui sont le long du chemin sont ceux qui ont entendu ; ensuite le diable vient, et il enlève la parole de leur cœur, de peur qu'ils ne croient et ne se sauvent.
Ceux qui sont sur de la pierre sont ceux qui, en entendant la parole, l'accueillent avec joie ; mais ils n'ont point de racine : ils croient pour un temps, et ils se retirent à l'heure de l'épreuve.
Ce qui est tombé dans les épines, ce sont ceux qui ont entendu, mais vont et se laissent étouffer par les sollicitudes, les richesses et les plaisirs de la vie, et ils n'arrivent point à maturité.
Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont ceux qui, après avoir entendu la parole avec un cœur noble et bon, la gardent et portent du fruit grâce à la constance.


La vocation monastique

Le monastère de Bellaigue est placé sous le vocable de Notre-Dame dans le mystère de son Assomption. Ce patronage nous rappelle que la Vierge glorifiée est notre modèle et que nous n’avons pas d’autre responsabilité à accomplir dans l’Église que d’anticiper dès cette terre la vie céleste de Marie qui se tient toujours devant la Face de Dieu. La vocation des moines est de communier à la vie que la Vierge Marie mène dans le Saint des Saints des Trois Personnes divines, puisque, à l’instar de la Reine de gloire, leur vie est toute consacrée à l’adoration, à l’action de grâces et à l’intercession.

« L’essentiel est d’installer la Sainte Vierge dans notre vie par voie de dépendance très intime. En lui donnant toute la place, on donne toute la place à Jésus. »

Dom Placide de Roton

Le mystère de l’Assomption est ce que nous devons vivre actuellement, et ce que nous vivrons éternellement. Puisse Notre-Dame de Bellaigue, notre Souveraine et notre Mère très aimante, nous prendre profondément en son Cœur Immaculé, pour que cachés en elle, nous soyons plus sûrement cachés avec elle dans le grand silence de Dieu. Qu’elle fasse de ses moines des vrais adorateurs, a n qu’ils ne soient de plus en plus que louange et offrande éternelle dans le secret de la Très Sainte Trinité. Maria protegente pervenies, c’est la devise de Bellaigue. « Avec la protection de Marie, tu parviendras ! »

La journée d'un moine

« Rien n’est petit dans la maison de Dieu, et quelque modeste, en apparence, que soit votre travail, si vous ne l’accomplissez pas bien, cela prouve que votre âme laisse à désirer devant le Seigneur. »

Mère Marie Cronier

3h15 : Réveil. Le réglementaire parcoure les couloirs des cellules avec une petite cloche pour réveiller les frères. Ceux-ci se rendent à l’église.

3h30 : Début de l’office des matines ou vigiles.

4h30 (5h les jours de fête) : retour en cellule et lectio divina. C’est une lecture silencieuse et méditée de la Sainte Écriture.

5h45 : Angélus puis Laudes.

6h15 : Temps de prière personnelle au chœur pour les frères. Messes privées pour les pères.

6h50 : Légère collation au réfectoire qui se prend debout et en silence.

7h45 : Office de Prime puis procession jusqu’à la salle capitulaire où le martyrologe du jour est lu ainsi qu’un passage de la Règle, commenté par le Père Prieur.

8h30 : Les frères se rendent à leurs différentes obédiences. Les étudiants et les novices ont leurs cours.

9h45 : Fin des cours, station dans le cloître et procession à l’église.

10h00 : Tierce suivie immédiatement par la messe conventuelle qui est toujours chantée.

11h20 : Reprise des cours pour les étudiants et les novices.

12h00 : Office de Sexte, examen particulier et Angélus.

12h15 : Déjeûner. À la fin du repas, procession et prières à l’église.

13h15 : Temps libre (sieste, lecture, oraison…).

14h00 : None.

14h15 : Travail manuel.

16h30 : Fin du travail. Lecture spirituelle.

16h55 : Station dans le cloître et procession à l’église.

17h00 : Vêpres, c’est l’office de la fin du jour suivi d’un temps d’oraison silencieuse à l’église.

18h00 : Collation (repas léger).

18h25 : Temps de lecture en cellule ou service de communauté.

19h00 : Chapitre du soir, la communauté se retrouve à la salle capitulaire pour y entendre une lecture.

19h15 : Office des Complies chanté par cœur dans l’obscurité. Ce bel office s’achève par le chant du Salve Regina. Début du grand silence qui ne sera rompu qu’après Prime le lendemain matin.

20h00 : Coucher et extinction des feux.

Les horaires des offices

HORAIRES OFFICES
03h30 Matines
05h45 Laudes
07h45 Prime
10h00 Tierce et Messe Conventuelle
12h00 Sexte
14h00 None
17h00 Vêpres
19h15 Complies
HORAIRES OFFICES
04h30 Matines
06h45 Laudes
08h45 Prime
11h00 Tierce et Messe Conventuelle
13h00 Sexte
15h00 None
18h00 Vêpres
20h15 Complies

Les chants monastiques

Le 15 octobre 2000, une poignée de moines, venus du lointain Brésil, pénétraient dans les vieux murs de l’abbaye de Bellaigue. À ces pierres silencieuses depuis deux siècles, à ce granit rugueux mais aux couleurs chatoyantes, des fils des premiers habitants de cette maison de prière, des fils de saint Benoît venaient rendre une âme : une âme, c’est-à-dire « une voix vivante » comme dirait sainte Hildegarde. Or une délicate attention de la Providence voulut que la liturgie de ce jour-là — qui était un dimanche — s’adaptât merveilleusement à l’événement. La messe du 18ème dimanche après la Pentecôte (peut-être à l’origine un ancien formulaire pour la dédicace d’une église ?) s’ouvre sur une vibrante invocation : Da pacem sustinentibus te et chante presque tout au long le bonheur qui envahit le coeur de l’homme quand il songe à la Maison de Dieu qui lui est préparée, telle un toit paternel.

La collecte, prière sacerdotale qui résume les voeux de l’Eglise en la circonstance, implore comme une grâce précieuse l’art de « plaire à Dieu ». On reconnaît là toute l’attitude d’âme de saint Benoît, qui, dans la fleur de son âge quitte tout pour embrasser l’unique ambition de « plaire à Dieu seul : soli Deo placere desiderans », écrit saint Grégoire.
Dès lors, la messe Da pacem demeure attachée à cette aventure, aventure de grâces et de prières, que constitue la renaissance, la résurrection de Bellaigue. Da pacem, Domine, sustinentibus : ceux qui attendent, ce sont tout à la fois ces pierres, désirant d’être réconciliées, rendues à leur ministère sacré pour redevenir un instrument de louange et de paix, et les moines eux-mêmes, dont la vie est une attente tranquille, une veille, les yeux fixés sur leur Seigneur, qu’ils cherchent, qu’ils poursuivent avec ardeur et persévérance, en témoins silencieux et immobiles de la sainte Espérance, de l’unique Amour, de la joie véritable, de la paix qui ne finit pas et dont les racines plongent dans le mystère de la vie de Dieu, dans le secret de l’éternité.

Pax œterna.

Le CD + le livret

disponible directement sur le site de notre éditeur.

Également disponible sur commande dans toutes les librairies.