• le 28 novembre 2018

Chronique des travaux Septembre – Octobre

Après un repos bien mérité, les différents corps d’état reviennent à Bellaigue poursuivre le chantier de construction. On avance sur plusieurs fronts.

Les pierreux commencent la pose des pierres de taille (en granite local) sur les chaines d’angles de la façade nord de l’aile ouest (où se trouvera la future porterie du monastère). Un panachage de différentes teintes de granite donnera un aspect « joyeux » à cette façade imposante.

 

 

 

Au même moment débute la préparation des enduits des façades ouest et est de l’aile ouest. Après de longues discussions, la teinte de l’enduit est définitivement choisie, celle d’un jaune ocre pastel identique à celui de l’abbatiale. Ainsi l’unité entre les anciens et nouveaux bâtiments sera assurée. Mais la pose d’un enduit extérieur est chose délicate, car elle dépend des conditions climatiques qui doivent être ni trop chaudes ni trop froides. Sans ces bonnes conditions l’enduit ne tiendrait pas et serait gâché.

 

 

Enfin après plusieurs jours d’attente, le ciel devient clément. On peut attaquer ! Aussi voyons-nous six spécialistes de l’enduit (dans le jargon du métier on les appelle « talocheur ») qui se mettent à l’œuvre avec entrain.

 

 

Il faut aller vite tant que le temps est au beau. Après la dernière couche, il reste toutes les petites finitions à terminer. C’est à ces nombreux détails que nous voyons le savoir-faire et le souci du bel ouvrage des ouvriers. Nous admirons leur travail. Le résultat est à la hauteur de nos espérances.

 

 

Grâce à Dieu, ils pourront terminer les deux façades de l’aile ouest qui se trouvent ainsi « transfigurées ».

 

 

A l’intérieur de l’aile ouest, les travaux se poursuivent. Tout d’abord notre menuisier commence… et achève l’installation des fenêtres de l’aile ouest sur les deux niveaux (photos 5 et 9). De belles fenêtres en bois massif et aux normes ! Normalement indestructibles et coupe-feu. Nous voilà bien à l’abri.

 

 

Au sous-sol de l’aile ouest les maçons montent et terminent les murs en agglos qui délimiteront les différents ateliers. Ainsi la boulangerie, les ateliers peinture, électricité, plomberie, fleuristerie… prennent forme. A notre plus grande joie, surtout pour les frères concernés !

 

 

Suite à un retard technique et pour éviter de subir les morsures de l’hiver auvergnat, nous réinstallons provisoirement notre ancienne chaudière en attendant que la nouvelle nous arrive au printemps.

 

 

Un peu plus loin, dans la propriété, débute le chantier de construction du bâtiment des ateliers tant attendu (photos 25 et 26). Les terrassiers attaquent avec vigueur le sol pour dégager la terre et délimiter les fondations des futures assises ou « semelles » comme on dit dans le métier ! D’ici quelques mois nous devrions avoir un beau bâtiment d’un seul niveau de 250 m². Il abritera un garage, une menuiserie, une miellerie, un local jardin, et un rangement pour nos matériels de travaux.

 

 

 

Notre sculpteur continue la taille des chapiteaux. Il nous donne la joie de nous en livrer quelques uns. Il s’agit de ceux de la Nativité (photo 3), de la Présentation au Temple (photo 1) et de l’Adoration des Mages (photo 2). Ils nous aideront à mieux méditer le beau mystère de Noël qui s’approche.

 

 

A propos de Noël, le général Hiver lance une violente mais brève (quelques jours seulement) offensive sur Bellaigue. Du jour au lendemain la température chute et la neige tombe avec abondance provoquant l’arrêt du chantier et quelques glissades mémorables agrémentées de boules de neiges !  Après ce vigoureux coup de froid, les travaux reprennent.

 

Photos : Claude Palluaud

Laissez votre commentaire

Please enter your name.
Please enter comment.